AccueilDémocratie

Prime de 100 euros aux soignants, autotests en grande surface et rentrée scolaire : le gouvernement affine ses mesures

Publié le

par Pauline Ferrari

Après les annonces du gouvernement, Jean Castex et Jean-Michel Blanquer ont précisé les nouvelles mesures.

Prime de 100 euros aux soignants, autotests en grande surface et rentrée scolaire : le gouvernement affine ses mesures

STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

Retour des jauges, télétravail, interdiction des concerts et de la consommation debout, durée d’isolement : le chef du gouvernement a annoncé lundi de nouvelles mesures face à la flambée du variant Omicron sans aller jusqu’au couvre-feu le 31 décembre ou un report de la rentrée scolaire.

Le Premier ministre Jean Castex a annoncé mardi une prime mensuelle de 100 euros nets pour les infirmiers et infirmières des services de soins critiques et de réanimation dès janvier 2022, très fortement sollicités par la crise du Covid-19.

Environ 24 000 personnes sont concernées par cette revalorisation salariale selon le chef du gouvernement qui s’exprimait à l’issue d’une visite, avec le ministre de la Santé Olivier Véran, d’un service de réanimation du Centre hospitalier intercommunal de Créteil.

"Ces services exigent une qualification, une technicité tout à fait forte et la difficulté de cette tâche peut nuire à l’attractivité dans ces services", a expliqué le Premier ministre, précisant que "notre intention est de suivre les orientations" d’un rapport de l’Inspection générale des affaires sociales (IGAS) sur le sujet, que le ministre Olivier Véran présentera la semaine prochaine.

"Nous allons mettre en œuvre dès le mois de janvier 2022 l’une des mesures fortes que propose ce rapport, qui est d’accorder pour les infirmières de ces services de soins critiques, ça fait quand même 24 000 environ en France, une prime reconnaissant cette spécificité, cette technicité, de 100 euros par mois, qui sera donc versée dès janvier", a-t-il ajouté.

"C’est, dans le prolongement des efforts que la nation fait au titre du Ségur de la santé, une reconnaissance indispensable pour ces services dont on a évidemment éminemment besoin plus que jamais dans la crise actuelle que nous traversons avec l’arrivée du variant Omicron", a dit le chef du gouvernement, qui a insisté une nouvelle fois sur l’importance de la vaccination.

La vente des autotests Covid autorisée hors pharmacies jusqu’au 31 janvier

La vente d’autotests pour dépister le Covid-19 a été autorisée hors pharmacies "à titre exceptionnel et jusqu’au 31 janvier 2022", selon un arrêté publié mardi au Journal officiel, une libéralisation réclamée par la grande distribution depuis le printemps dernier.

La vente des autotests antigéniques était jusqu’à présent limitée aux pharmacies, qui militaient pour en garder le monopole, se justifiant par leur rôle de conseil.

Plusieurs patrons de la grande distribution avaient réclamé de pouvoir en vendre en avril et étaient repartis en campagne ces dernières semaines, avec la cinquième vague de coronavirus, estimant que cela pourrait constituer une arme de plus pour lutter contre la propagation du virus.

Certaines grandes enseignes, parmi lesquelles E.Leclerc ou Lidl, affirment avoir déjà des autotests en stock.

Au moins deux tests négatifs pour revenir à l’école après un cas positif en classe, annonce Blanquer

Les élèves des classes de primaire où un cas positif de Covid a été diagnostiqué devront présenter au moins deux tests négatifs à plusieurs jours d’intervalle, contre un actuellement, pour revenir à l’école, a annoncé mardi le ministre de l’Éducation, Jean-Michel Blanquer.

La rentrée des classes aura lieu comme prévu le 3 janvier mais le dépistage du Covid-19 sera élargi dans les établissements scolaires, a indiqué lundi Jean Castex, maintenant la ligne gouvernementale de ne fermer les établissements qu’en "dernier recours".

Le protocole actuel, décidé fin novembre, ne prévoit plus la fermeture d’une classe dès le premier cas détecté. À l’école primaire, quand il y a un cas positif, les enfants ne reviennent à l’école qu’en présentant un test négatif. Il en faudra bientôt au moins deux.

"Ce nouveau protocole fonctionne […] Pour revenir à l’école, il ne faudra pas seulement avoir présenté une fois un test, mais au moins deux à plusieurs jours d’intervalle", a indiqué M. Blanquer sur France Inter. "Cet intervalle, nous sommes en train de le travailler, encore une fois, en dialogue avec les autorités scientifiques", a-t-il précisé.

Concernant les examens à l’université, M. Blanquer a indiqué que la question avait été débattue et tranchée "dans un sens de présence physique", sans jauge, "à sa connaissance". Il a précisé que sa collègue de l’Enseignement Supérieur, Frédérique Vidal, aurait l’occasion de s’exprimer sur ce point.

Konbini news avec AFP

À voir aussi sur news :